Big male Addax taken in a sandstorm Tenere Niger   -  -  -

Il n’y a plus que 200 addax. Protégeons-les!

L’addax est extrêmement vulnérable aux aléas climatiques et surtout à la pression anthropique. Cette espèce, qui aspire à la plus grande tranquillité, peut ne pas se reproduire pendant plusieurs années si les conditions requises ne sont pas au rendez-vous.

CNoe traces

Les effectifs étant très faibles, le Niger doit conjuguer tous ses efforts afin de permettre à l’addax de rester une espèce évoluant à l’état sauvage. Ceci passe par un zonage clair et légitime pour le protéger face à l’exploitation pétrolière, par une sensibilisation accrue auprès des populations locales, par une interdiction formelle de chasse dans sa zone de distribution et enfin, par des mesures de protection efficaces afin d’assurer à l’addax la tranquillité dont il a besoin.

Noé poursuit le protocole de suivi écologique centré sur l’addax sur le long terme, hérité du projet Antilope Sahélo-Saharienne. Ainsi, 12 transects placés dans la zone de distribution de l’addax sont régulièrement suivis et les impacts de l’exploitation pétrolière relevés ainsi que les traces de braconnage. Via le suivi de cette espèce notamment, Noé ambitionne de limiter les perturbations causées auprès de l’ensemble de la faune sahélo saharienne.

Pour cela, le projet répond à quatre objectifs principaux:

    1. permettre une gestion concertée et efficace de la Réserve Naturelle Nationale de Termit et Tin-Toumma (RNNTT)
    2. contribuer à l'atténuation des impacts de l'exploitation pétrolière et à l'amélioration de la transparence et de la responsabilisation de l'industrie extractive ;
    3. contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations locales grâce à la mise en place de microprojets de développement communautaire dans le domaine de l’hydraulique pastorale, de la santé et de l’éducation.
    4. sensibiliser et communiquer sur les enjeux de la préservation de la biodiversité sahélo-saharienne. 

CNoe RNNTT4